Nous somme le 20/02/2002 . Tient ? trois 2 quatre 0, coïncidence ou commencerais-je à être superstitieux ? Je m’interroge ; Qui sait ?

Je viens d’arriver à l’Ile D’ Oléron dans un joli pavillon situé à 200 mètres de la mer .

La tempête fait rage. J’entends siffler le vent à travers les arbres d’un petit bois très proche de la maison . La curiosité me pousse vers une fenêtre , je vois les branches des sapins secoués dans tous les sens, ils laissent échapper des pommes de pins, celles ci jonchent le sol déjà couvert d’aiguilles pour former un tapis difforme . 

Je me mets à regarder la mer, les flots sont complétement déchainés ; Une mousse blanche par endroit verdie par des algues, recouvrent sa surface. Des vagues énormes, se lancent sans relâche à l’assaut des rochers ou elles viennent se fracasser , se briser. Elles reculent et reviennent sans aucun répit , dans un grondement assourdissant. 

Le soir arriver, tous les bruits insolites me tiennent éveillés. Au loin, apparaissent comme une grande muraille enflammée , les lumières des villes qui se reflètent sur l’eau. 

Je pense , je rêve – sur un cadeau que j’envisage de faire à mon retour _ J’écris _ 

La nuit j’entends le bruit de la mer déchainée , les vagues qui se brisent  sur les rochers me tiennent éveillé pour ne penser qu’a toi . 

Parfois il me vient à l’esprit des pensées sorties d’où on ne sait d’où ; Elles me surprennent, elles m’enchantent.  Avec cet univers de décors agréable, je finis toujours par m’endormir .  

Au petit matin le temps est toujours exécrable, de loin on croirait voir venir un attelage de dragons en folie dévalant dans un nuage de poussières, crachant à pleines gorges des flots énormes d’une mer déchainée . Quel spectacle ! Quelle beauté! Quelle force, il s’en dégage. Magique , intouchable , sure d’elle . Je reste sans voix devant l’infini qui s’ouvre à mes yeux . Cette mer intraitable qui dévoile sa terrible force pour ne pas avoir à s’en servir .
Que sommes nous vraiment , face à cet océan en colère ? Le petit galet qu’elle promène, le grain de sable qui roule … STOP _ Il faut savoir s’arrêter ; Je suis là pour écrire pas pour rêver .

30 métiers pour une vie ; Pour moi il ne s’agit pas de vous donner des recettes pour réussir une vie mais beaucoup plus simplement de raconter l’histoire d’un homme lâché dans la vie sans diplôme, sans métier, infirme de la main droite , sans famille, un jeune homme balloté ça et là au grès du temps tout simplement parce qu’il faut vivre , parce qu’il faut réfléchir constamment, où et comment l’on va manger , pouvoir dormir, chez qui?
Comment à 18 ans seul sans bagages à pied, sans un centimes, juste avec les fringues que l’on à sur le dos .
Comment peut-ont envisager l’avenir et survivre ?